Le Plan Canopée est un projet qui place les arbres urbains au centre de la stratégie d’adaptation de Liège au changement climatique global. Chaque Liégeois·e peut contribuer au projet.
 


Attention, pour planter un arbre sur un terrain donné, l’accord du propriétaire est obligatoire !
 

 

Anticiper les conséquences du changement climatique

Urgence Climatique : Liège se dote d’un plan d’actions

Lutter activement contre le changement climatique est un des enjeux majeurs à relever au niveau mondial dans les prochaines années. À Liège, les citoyens se mobilisent pour que la Transition climatique soit une priorité des autorités.

La Ville de Liège, s’inscrivant dans le sillage de l’Union européenne, de l’État fédéral et de la Wallonie, s’est dotée en juin 2021 d’un Plan d’Actions pour le Climat qui doit lui permettre de diminuer de 55% ses émissions de gaz à effet de serre d’ici 2030 et d’atteindre la neutralité carbone en 2050. Ces objectifs font de Liège la ville la plus ambitieuse de Wallonie !

S’adapter pour anticiper les conséquences du changement climatique

Parallèlement aux efforts visant à réduire nos émissions, il est important de transformer le territoire de la ville de Liège pour anticiper les conséquences du changement climatique et protéger notre environnement ainsi que toutes les personnes qui vivent ou qui passent du temps à Liège.

Sans agir, le climat liégeois pourrait correspondre, à l’horizon 2100, à celui que nous connaissons aujourd’hui à... Madrid ou Porto* ! Nous connaîtrons entre 15 et 27 jours de vague de chaleurs (température de plus de 25°C pendant au moins 5 jours de suite ou 30°C pendant 3 jours ou plus), contre une moyenne de 2 à 6 jours par an aujourd’hui.

L’impact sera plus important dans les milieux urbains comme la ville de Liège en raison de l’urbanisation des sols [et de la densité des bâtiments], qui emmagasinent davantage la chaleur en journée (et la restituent la nuit) là où un environnement plus végétalisé réfléchit les rayonnements du soleil et rafraîchit l’air. C’est pourquoi en période de canicule, la différence de température entre le centre-ville et les zones plus campagnardes peut monter jusqu’à + 5°C.

En d’autres mots, les étés de nos petits-enfants, s’ils vivent en ville, seront à 30 % des jours de canicule, avec des impacts considérables sur leur santé, mais aussi sur la productivité, la consommation d’énergie ou les pannes d’infrastructures. Vu les difficultés rencontrées déjà aujourd’hui lors des périodes de fortes chaleurs, on imagine aisément les conséquences désastreuses attendues si l’on ne se fait rien pour adapter notre territoire et atténuer ainsi la hausse des températures.

* Etude d’Hallegate & al., 2007
 

Planter des milliers d’arbres en ville pour faire de Liège une ville plus Respirable

Le Plan Canopée sur les rails

Pour limiter l’exposition des citoyens liégeois à ces risques environnementaux et sanitaires, la Ville de Liège a lancé, dès 2020, son Plan Canopée. L’objectif est simple : planter plus de 24.000 arbres à l’horizon 2030 pour faire de Liège, d’ici 2050, une ville plus verte, plus résiliente et plus respirable, où il fait bon vivre en bonne santé.

Pourquoi le nom Canopée ? La Canopée représente la couverture végétale d’une forêt, composée de la cime des plus grands arbres.
Ce terme est donc adéquat puisque la volonté est d’obtenir, à terme, la plus large couverture végétale possible sur le territoire de la ville de Liège.

L’arbre urbain, le meilleur allié des villes

Les bénéfices qu’apportent les arbres en ville sont nombreux et permettent de répondre à des enjeux importants : baisse des températures, captation du CO2, purification de l’air, bien-être des citoyens, effets d’ombrage rafraichissants, soutien à la biodiversité, verdissement des quartiers peu végétalisés ou encore une diminution de ruissellement des eaux de pluie et donc atténuation du risque d’inondation.

Les arbres plantés à Liège constituent donc un élément efficace et économe pour anticiper les changements climatiques et adapter la ville à la hausse des températures. C’est la raison d’être du Plan Canopée !

Ensoleillement et rejet de vapeur des arbres
Source: Ateliers parisiens de l’urbanisme Source: Ateliers parisiens de l’urbanisme
Services rendus par les arbres urbains
Services rendus par les arbres urbains
Source : Trees & Design Action Group

 

Planter le bon arbre au bon endroit Méthodologie


L’objectif étant d’adapter le territoire aux conséquences du changement climatique, il est impératif de définir les zones où planter les
arbres en priorité.

La Ville de Liège a fait appel à des spécialistes externes afin de déterminer les objectifs précis du Plan Canopée. Sur base d’une méthodologie scientifique, L’UCLouvain et l’Institut Scientifique de Service Public (ISSeP) ont donc été chargés:

  1. De dresser un état des lieux de la couverture arborée (la canopée) actuelle de la ville de Liège ;
  2. D’identifier les quartiers où planter en priorité ;
  3. D’identifier les sites potentiels de plantation d’arbres.
     

États des lieux à Liège

Pour calculer la canopée actuelle de la ville de Liège, il faut cartographier, à l’aide d’outils spécifiques, la végétation dont la hauteur est supérieure ou égale à 3m. L’exemple ci-dessous illustre comment est cartographiée la surface d’un arbre dans un milieu urbain.

Cartographie de canopée
Source: Centre d’enseignement et de recherche en foresterie

À Liège, nous constatons que la superficie totale de canopée d’arbres s’élève à 2.156 hectares (répartis à 60% en espace public et à 40% en espace privé), soit 31,4%, du territoire communal. Sur la carte ci-après, on retrouve sans surprise, en blanc (démunis d’arbres aujourd’hui), les quartiers situés en fond de vallée et le long de la Meuse.

Canopée - Strate arborée
Canopée - strate arborée
Source: ISSeP - UcLouvain, 2021

 

Identifier les quartiers prioritaires

L’état des lieux de la végétation à 3 mètres de haut fait déjà ressortir les quartiers de Liège qui sont les moins arborés. Pour déterminer la sensibilité de ces quartiers aux îlots de chaleur et donc la plus grande nécessité de planter, nous devons encore faire ressortir d’autres indicateurs :

Exposition aux fortes chaleurs

D’abord les quartiers les plus exposés aux fortes chaleurs, c’est-à-dire ceux où se développent, en périodes de canicule, les îlots de chaleur urbain (sorte de microclimat où les températures sont significativement plus élevées) comme le démontre la carte ci-contre.

Îlot de chaleur urbain (ICU)
Ilot de chaleur urbain
Source : SmartPop 2018

 

Priorité des quartiers
Priorité des quartiers
Source: ISSeP - UcLouvain

Protéger la santé des citoyens

Ensuite, parce que la première des priorités est de protéger la santé des citoyens, nous analysons également, quartier par quartier :

  • la densité de logements
  • la densité de population
  • la densité de population sensible aux fortes chaleurs

Notre méthodologie nous permet d’identifier les quartiers de Liège les plus sensibles, c’est-à-dire les quartiers où il est primordial de planter massivement des arbres durant cette décennie pour garantir un cadre de vie respirable et de qualité d’ici 2050.
 

 

Végétalisation et verdissement de chaque quartier

Indice de Canopée - augmentation prévue
Indice de Canopée
augmentation prévue

Sur base de l’état des lieux réalisé et au vu des besoins du territoire, notamment des quartiers sensibles, l’objectif chiffré du Plan Canopée est fixé à 24.000 nouveaux arbres à planter à l’horizon 2030. Il est entendu que chaque arbre qui aura dû être retiré dans le même temps ( maladie, problème de sécurité, chantier, etc) sera compensé par la plantation d’un nouvel arbre, en plus des 24.000 prévus au Plan Canopée.

Ainsi, d’ici 2050, 210 hectares supplémentaires profiteront d’une couverture arborée sur le territoire de la ville de Liège, la plaçant ainsi parmi les grandes villes les plus arborées de Belgique.

La carte ci-contre permet de visualiser comment la végétalisation va évoluer dans chaque quartier grâce au Plan Canopée : plus la couleur d’un quartier est foncée et plus le nombre d’arbres qui y seront plantés est important par rapport au nombre d’arbres déjà présents.
 

Vue aérienne du Sart-Tilman
Vue aérienne du Sart-Tilman

 

Surmonter les difficultés de planter en Ville

Planter des arbres en ville représente un défi complexe à relever en raison de la densité de logement, des espaces publics souvent déjà totalement exploités, peu de zones herbacées, beaucoup de zones imperméabilisées (béton, bitume, pavés, etc), présence de conduites de gaz, de câbles électriques dans le sous-sol, etc.

Peu d’espaces verts disponibles dans les quartiers les plus sensibles

Sites potentiels de plantations - zones herbacées
Sites potentiels de plantations
zones herbacées

Les grandes pelouses (surfaces «herbacées ») sont les surfaces à privilégier pour la plantation d’arbres. Faciles d’accès, elles nécessitent logiquement moins de manipulations ou de travaux lourds à planifier dans le temps que lorsqu’il s’agit de planter un arbre en voirie, sur un parking ou sur une place minéralisée par exemple.

Cependant, comme nous pouvons le constater sur la carte ci-contre, tous les quartiers ne sont pas logés à la même enseigne. Celles et ceux qui connaissent les quartiers d’Outremeuse, d’Amercoeur, de Bressoux-Droixhe, des Vennes ou encore l’hyper-centre, savent que peu d’arbres y sont présents mais que plus rares encore sont les grandes pelouses accessibles dans l’espace public.

Ce sont pourtant des quartiers prioritaires dans le cadre du Plan Canopée. Fort heureusement, des solutions existent, comme

  • Renforcer : planter des arbres en rue et sur les places publiques
  • Densifier : planter plus d’arbres dans l’existant
  • Optimiser : remplacer les arbres de petit développement par des arbres de grand développement, cela permet ainsi d’augmenter la surface totale de canopée.

Il sera donc nécessaire d’utiliser la moindre parcelle de surface herbacée disponible et prévoir l’ajout d’arbres lors des grands chantiers de rénovation et réfection de voiries, tout en préservant le nombre d’emplacements réservés aux riverains.

L’illustration 3D ci-dessous permet de visualiser la rue de Rotterdam (prise à titre d’exemple) en se projetant après des travaux de ce type.

Les quartiers les plus prioritaires sont ceux dans lesquels il y aura la plus grande augmentation d’arbres durant la décennie en cours.

Rue de Rotterdam - Projection 3D QuickiT
Rue de Rotterdam avec et sans arbre (image non contractuelle)
© Projection 3D QuickiT

 

Délimitation des quartiers et répartition des domaines publics et privés
Répartition des domaines
publics et privés

Planter dans l’espace public mais pas seulement

On recense à Liège 1.717 hectares de terrain herbacé, ce qui représente 25% du territoire. Ces 1.717 hectares ne sont pas répartis de manière homogène entre les différents quartiers. On constate également que deux tiers des surfaces de pelouses sont situées sur le domaine privé.

La réussite du Plan Canopée de Liège nécessite donc la mobilisation d’espaces situés sur le domaine privé et l’implication d’une partie des propriétaires fonciers, qu’il s’agisse de citoyens, d’associations, d’institutions ou encore d’entreprises.

Le Plan Canopée sera initié par la Ville de Liège, mais il sera avant tout un plan collectif et citoyen, auquel chacune et chacun, habitant de Liège ou pas, aura la possibilité de contribuer.
 

Donner la possibilité aux citoyens de S’impliquer

Liège 2025Impliquer concrètement les citoyens et l’ensemble des acteurs de la société (associations, écoles, entreprises, etc) qui le souhaitent dans la mise en oeuvre du Plan Canopée, est justement la volonté de la Ville de Liège.

C’est logique puisque la thématique de la Transition écologique en général, celle de la végétalisation et des arbres en particulier, figurent au coeur des attentes citoyennes à Liège, comme en témoignent les nombreuses propositions citoyennes déposées dans le cadre du Projet de Ville «Liège 2025» et l’enthousiasme qu’elles ont suscité.

Et puis ce Plan Canopée est un plan décliné pour l’ensemble du territoire de la ville de Liège et de ses quartiers, qui concerne l’ensemble des citoyens, qu’ils habitent à Liège, qu’ils y travaillent, y étudient ou simplement y passent du temps. Porté sur plusieurs décennies, il concerne également nos enfants et nos petits-enfants qui sont finalement ceux qu’il faut préserver des conséquences du changement climatique.

Pour toutes ces raisons, la Ville de Liège a souhaité intégrer au Plan Canopée un volet «implication citoyenne» conséquent.

Dès 2022, des experts animeront des ateliers citoyens en vue de déterminer les actions à mettre en place et les canaux à utiliser pour optimaliser l’implication de la société civile. L’objectif est de permettre aux propriétaires de terrains de contribuer à l’objectif de planter 24.000 arbres mais aussi de donner la possibilité à ceux qui ne sont pas propriétaires d’un terrain, citoyens ou associations, de s’impliquer, par exemple en participant aux choix d’implantation dans les quartiers ou en parrainant la plantation d’arbres ailleurs sur le territoire.

Parallèlement, des outils utiles seront également développés à destination du grand public :

  • Un “Guide de l’Arbre Urbain” pour celles et ceux qui souhaitent entretenir et préserver leur arbre ;
  • Une application permettant aux citoyens de signaler toute plantation d’arbre pour compléter la base de données et l’état d’avancement global du Plan Canopée ;
  • Des ateliers pratiques pour offrir des conseils et un accompagnement dans l’entretien à apporter aux arbres, en fonction de leur âge et de leur essence.
     

En mettant en place ce processus d’implication d’une ampleur inédite en Wallonie, la Ville de Liège souhaite susciter un engouement fort et favoriser l’adhésion la plus large autour du Plan Canopée. Ce projet sera celui de Liège, d’une ville, et de tous les citoyens engagés qui le souhaitent.

 

Attention, pour planter un arbre sur un terrain donné, l’accord du propriétaire est obligatoire !